Présentation du SILA 2016
 
ACCUEIL|CONTACT|ÉDITIONS PRÉCÉDENTES|MENTIONS LEGALES
الصالون الدولي للكتاب بالجزائر Le salon ProgrammeEsprit panaf Photos & vidéos Presse  
 
 

 
SILA

Le Salon
Présentation du SILA
Par Hamidou Messaoudi,
commissaire du Sila 
AVEC ENTHOUSIASME
Lettre commissaire SILA 2015
Hamidou Messaoudi, commissaire du Sila


Avec la 20e édition du Salon international du Livre d’Alger, l’an dernier, nous avons vécu ensemble un moment important et émouvant.

Il n’est pas négligeable qu’une telle manifestation qui a traversé l’histoire récente de l’Algérie – depuis sa période tragique jusqu’au retour de la stabilité – soit parvenue, non seulement à réaliser vingt éditions, mais aussi à connaître au fil des ans, une évolution considérable à bien des points de vue. D’abord une fréquentation record qui en fait l’évènement culturel périodique le plus populaire, et l’un des premiers aussi tous secteurs confondus, avec, de plus, une large représentativité de toutes les catégories de la société et de toutes les contrées du pays. Ensuite une participation nationale et internationale nombreuse et diversifiée qui atteste de l’attractivité du Salon auprès des professionnels du livre algériens et étrangers. Enfin, une programmation culturelle honorable, marquée par un enrichissement constant des thématiques et des formes de rencontres.

Ces trois dimensions (fréquentation, participation et programmation) ont contribué à faire du Salon international du Livre d’Alger, un rendez-vous respectable de l’agenda mondial des salons du genre, avec une position enviée dans le monde arabe, le continent africain et le bassin méditerranéen.

Ce résultat satisfaisant, nous le devons d’abord au grand public du Salon qui a adopté la manifestation au point d’en faire une nouvelle tradition de la société algérienne. Cet engouement atteste que le livre et la lecture sont encore des valeurs respectables et respectées en Algérie en dépit de toutes les apparences. Il vient aussi nous rappeler – et tout le monde le reconnaît – que l’une des raisons importantes de la fréquentation du Salon demeure la recherche d’ouvrages qui ne sont pas toujours disponibles ou abordables dans le réseau traditionnel de distribution du livre. En cela, le SILA vient chaque année témoigner de l’importance et de la diversité d’une demande et souligner les efforts à réaliser pour améliorer l’offre.

Nous devons aussi ce résultat à la contribution de l’ensemble des acteurs du Salon : les éditeurs exposants, leurs auteurs, les animateurs du programme culturel et les journalistes, toujours plus nombreux, qui ne manquent pas d’assurer à la manifestation un large écho, désormais relayé dans le monde par des médias étrangers et par les voies d’internet. A ces participants qui se trouvent aux devants de la scène, s’ajoutent d’autres, moins visibles peut-être, mais dont les missions sont vitales à l’organisation du Salon. Je veux citer ici les services des Douanes nationales, ceux de la Direction générale de la sûreté nationale ainsi que l’hôte du SILA à savoir la Société algérienne des Foires et expositions.
Il y a lieu aussi de remercier les sponsors et partenaires de la manifestation qui, en tant qu’entreprises citoyennes, ont compris l’importance du Salon et sa capacité à diffuser largement des images positives.

Comment ne pas citer enfin ici tous mes prédécesseurs et leurs équipes qui, avec le soutien affirmé de l’État et, à sa tête, Son Excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, ont pu assurer la naissance et le développement du SILA ? Vingt éditions ! Un chiffre qui, dans la vie d’un être humain mais aussi d’un point de vue symbolique, symbolise la jeunesse.

C’est pourquoi, sans négliger les autres tranches d’âges, nous abordons la 21e édition avec la conviction profonde du rôle que doit jouer le Salon en direction des jeunes générations, depuis les enfants jusqu’aux jeunes, en passant par les adolescents. Ce rôle, bien entendu, revient à des institutions culturelles et éducatives permanentes au premier rang desquelles se trouve l’Ecole. Plus largement, c’est celui de toute la société. Le Salon qui ne dure que dix jours ne peut donc prétendre l’assumer seul. En revanche, il peut jouer un rôle de sensibilisation et de promotion et offrir de la visibilité à toutes les actions qui concourent à donner à la jeunesse algérienne le goût de la lecture dont la pratique est indispensable à son épanouissement et à sa formation.

Ainsi, dans la lignée des deux dernières éditions, la jeunesse trouve une place importante dans l’organisation et la programmation de ce 21e rendez-vous. Le pavillon Ahaggar du Palais des Expositions sera encore réservé aux éditions enfantines et juniors ainsi qu’au livre parascolaire. Cette disposition a suscité un grand succès et a été plébiscitée par les familles qui sont un es contingents les plus importants de la fréquentation du Salon.

Par ailleurs, dans la lignée de la convention de partenariat signée entre le ministère de l’Education nationale et le ministère de la Culture, le 9 mars 2015, une des rencontres du SILA sera encore consacrée aux relations entre le Livre et l’Ecole. Intitulée « Quand la littérature va à l’école », elle portera sur la présence de la littérature dans les programmes scolaires ainsi que sur l’apprentissage de la lecture de livres. Nous avons consacré également une rencontre réservée à la troisième génération d’écrivains algériens en réunissant quelques unes des plumes émergentes de notre littérature. Ce rendez-vous sera parrainé par leur aîné, l’écrivain Waciny Laredj qui a accepté de s’investir dans cette mise en valeur. Enfin, à destination particulière des jeunes et des étudiants, il est proposé une découverte des métiers du livre en espérant susciter des vocations. Des libraires, éditeurs, distributeurs, bibliothécaires et formateurs parleront de leur travail (missions et vécus) et répondront aux questions du jeune et moins jeune auditoire.

Cette ligne éditoriale du Salon sera en quelque sorte la colonne vertébrale d’une programmation diverse et nous avons tenu à la souligner dans la communication de cette édition orientée « jeunes » et faisant appel à leur grand intérêt pour la " connexion "…

Comme l’ensemble du secteur de la culture, le Salon international du Livre d’Alger a vu son budget réduit pour répondre aux contraintes de la conjoncture économique actuelle. Le comité d’organisation a pris cette nouvelle situation avec sagesse et dans un esprit citoyen en s’efforçant de démontrer qu’il était possible de concevoir et de réaliser une édition digne de ce nom. Le public fidèle du Salon pourra s’en rendre compte notamment à travers la richesse de l’exposition de livres et la diversité d’un programme culturel à la rencontre des romanciers, poètes, universitaires et penseurs, algériens et étrangers, engagés dans des débats instructifs et passionnants.

Avec une participation internationale considérable où figure, en tant qu’invitée d’honneur, l’Egypte, la patrie de Naguib Mahfouz, Prix Nobel de Littérature, le Salon, plus que jamais, demeure une ouverture culturelle attrayante sur le monde de l’écriture et de la lecture avec ses classiques incontournables et ses nouvelles expressions.

Comme toujours, l’exposition-vente d’ouvrages embrasse l’ensemble des genres éditoriaux : la littérature sous toutes ses formes, les essais de toutes disciplines, les ouvrages de référence tels que dictionnaires et encyclopédies, les livres universitaires et parascolaires, les éditions religieuses, les manuels techniques, les lectures de loisir et de détente, la littérature enfants et junior, etc.

Dans cette offre, l’édition nationale n’est pas en reste, proposant des ouvrages où se distinguent notamment ceux d’histoire qui passionnent les lecteurs et lectrices du pays. A ce propos, la journée du 1er novembre 2016, traditionnellement consacrée à l’histoire de l’Algérie et particulièrement à celle de la guerre de libération nationale, proposera une rencontre passionnante sur l’année 1956, envisagée sous tous ses aspects soixante après.

L’an dernier, pour le bel anniversaire du Salon international du Livre d’Alger, les visiteurs et visiteuses étaient venus en nombre, dépassant 1,5 millions d’entrées. Pour cette 21e édition, nous espérons maintenir et même améliorer cette performance. Mais, au delà du nombre, nous souhaitons surtout que chaque Algérien et Algérienne qui viendra au Salon en ressortira avec le sentiment d’avoir participé à une fête consacrée au livre et à la lecture, aux découvertes et aux échanges et au partage d’un moment collectif serein et enrichissant.

C’est tout l’esprit du SILA que de nombreux organisateurs de salon dans le monde nous envient (même ceux qui nous dépassent en expérience et efficience), toujours étonnés de l’enthousiasme et de l’ambiance qui y règnent. Nous avons en tout cas œuvré dans ce sens.

Bienvenue donc à toutes et à tous, visiteurs ou professionnels, compatriotes ou étrangers, grands ou petits…
HAUT DE PAGE

 
 
Pieces iPhone 6s Plus    


Espace exposants exposants

Espace réservé aux exposants du salon
Public Public
Informations utiles pour le public et visiteurs du salon
Revue de presse Revue de presse

Nous vous proposons les articles de presse qui ont été publié à ce jour, sur le salon international du livre d'alger 2016
Facebook
Salon international du livre
le SILA est présent sur Facebook. Un espace d'échange et d'informations pour être au plus près du salon, pendant le sila, mais aussi toute l'année. Pour être les premiers informés de notre actualité,...

 
sila 2016, le Salon d'Alger
Copyright © 2010 - 2016 SILA - Salon International du Livre d'Alger
Tous droits Réservés 
Conception, Réalisation & Référencement
bsa Développement